bon éclairage pour la lecture et l'écriture

L’éclairage DEL – Certains le dise dangereux

/L’éclairage DEL

L’éclairage DEL – Régulièrement, apparaît dans les médias un article décriant les dangers de l’éclairage DEL. Ces articles sont véhiculés par de simples journalistes qui, à quelques exceptions près, ne font que reprendre l’article déjà paru. La prétention porte sur la présence de la longueur d’onde bleue dans la composition de la lumière émise par l’éclairage DEL.

Réfléchissons un peu!

Première réflexion

Il est assez reconnu que pour tirer des conclusions sérieuses d’une étude, elle doit porter sur une période de 10 à 15 ans. Or l’éclairage domiciliaire généralisé avec l’éclairage DEL date d’à peine 3-4 ans. Donc trop tôt pour tirer des conclusions définitives.

Deuxième réflexion

Il y a de ça plusieurs années, je me souviens d’avoir lu un article qui rapportait que des rats soumis constamment à un éclairage bleu, avaient développé des déficiences de la rétine centrale. Mais il y a toute une différence entre une lumière bleue et une lumière blanche dont une composante est le bleu. On voit souvent cette photo dans les articles traitant des DEL. C’est un leurre. 941701-on-suppose-quune-exposition-prolongeeL’éclairage DEL ne donne pas cet éclairage bleu. sauf les DEL bleues, évidemment.

Troisième réflexion

Le meilleur éclairage pour la vitalité rétinienne est la lumière du jour. Là-dessus, il y a consensus. Or il y a énormément plus de longueurs d’onde bleues dans cette lumière que dans le spectre des DEL. Jugez plutôt.
soleil_spectrespot-6w-par16_spectreLe problème, si problème réel il y a, serait peut-être dû non pas la composante bleue comme telle, mais sa quantité disproportionnée en regard des autres composantes. Ainsi, ce ne serait pas le bleu, le bouc émissaire, mais le déséquilibre des composantes.

Quatrième réflexion

On abuse du rapport de l’ANSES*. « Ce rapport, visiblement mal interprété par une majorité de gens, permet difficilement de se faire une idée précise pour savoir si un produit d’éclairage à base de LED présente ou non des risques photobiologiques […] Une LED de puissance peut être considérée comme présentant un risque d’éblouissement, mais le rapport précise qu’un éclairage équipé d’une centaine de ces LED de puissance peut parfois ne plus présenter aucun risque. »(source : The News)

Cinquième réflexion

Un professeur (Nicolas Fontaine) de l’Université de Montréal dit qu’ : « Elle [la lumière bleue] transforme certaines molécules en radicaux libres, créant ainsi un vieillissement prématuré des structures de l’œil, tandis que d’autres molécules deviennent phototoxiques et créent des dommages potentiels aux tissus. Si l’importance des dommages à long terme reste à confirmer, on suppose qu’une exposition prolongée à la lumière bleue peut précipiter et aggraver la dégénérescence maculaire liée à l’âge et occasionner des cataractes prématurées. Par contre, les effets des rayons ultra-violets seraient beaucoup plus importants »

Notez bien les mots (les soulignés sont de moi) : « potentiels », « importance des dommages reste à confirmer », « on suppose », « peut ». On est loin des propos alarmistes de certains chantres qui ne présentent aucune rigueur, rigueur pourtant si nécessaire dans ces cas.

Le Dr Jean-Pierre Courteau, directeur de santé publique de l’Outaouais, a déclaré aux élus municipaux :  « il n’y a pas d’études qui prouvent réellement des impacts majeurs sur la santé. Les preuves scientifiques sont faibles. »

Sixième réflexion

Dans un article publié dans La Revue d’Optométrie de France, Bran Brière, maître en sciences, notamment en Physiologie écrit ceci : «l’importance du spectre de la lumière bleue, qui régule le cycle circadien nécessaire au bon développement de l’enfant, fait partie intégrante de son environnement […] Le rythme circadien est totalement dépendant du spectre de la lumière bleue. Il est donc important de respecter celui-ci pour le bon développement de l’enfant. »

On sait que la rétine se développe à partir de la périphérie vers le centre et que le bleu est davantage perçu par la rétine périphérique. C’est une autre raison de fournir un éclairage à composante bleu aux jeunes enfants.

En conclusion

Voilà ou nous en sommes. Personnellement, tout mon environnement domiciliaire est éclairé avec des DEL depuis déjà 2 ans et je ne souffre ni d’éblouissement, ni de sécheresse oculaire, ni de dégénérescence maculaire. D’ailleurs, cette maladie n’est pas nouvelle, elle fut rapportée pour la première fois en 1874 ! Elle semble aussi plus fréquente chez certaines races. Bref, les avantages réels de l’éclairage DEL dépassent de beaucoup les inconvénients potentiels.

 


*Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

 

Leave A Response

* Denotes Required Field